Aurélia, l’apprentie est devenue formatrice

de | 24 juin 2015

Elle nous avait laissé une belle carte postale
Aurélia Pfeiffer, Major de promo en 2012, est ce qu’on appelle « une tête bien faite ». Preuve s’il en est, l’apprentie est aujourd’hui une professionnelle accomplie, formatrice en boulangerie-pâtisserie, mais ne perd pas de vue qu’il est toujours nécessaire de se perfectionner. Elle a donc choisi l’INBP pour cela. L’occasion de faire un point sur son parcours post-CFA.

cfa-bpf-inbp-aurelia-pfeiffer

Un petit mot sur cette année de boulangerie que tu as passée au CFA BPF. Qu’en retiens-tu ?

Ce fut une année riche en apprentissage auprès de Laurent Guilbaud : j’aime raconter ma rencontre avec la boulangerie. Au départ, ce n’était pas gagné, la pâte me collait aux doigts, impossible d’allonger les baguettes sans tout déchirer, mes produits ne ressemblaient à rien et, soyez-en certain, pour une ex-pâtissière c’était très très énervant !!! Et puis il y a eu la technologie professionnelle. Incroyable. J’ai tout d’un coup compris la richesse du métier et je m’en suis passionnée. Nous sommes très loin des clichés du métier de « bourrin ». Avec la pâte, il faut être délicat, l’observer, la ressentir et faire évoluer le produit suivant les caractéristiques qui s’impose à lui. Laurent m’a enseigné les bases du métier mais aussi à être patiente et persévérante.

Qu’est-ce qui s’est passé pour toi depuis l’obtention du titre de Major de ta promotion ?

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai eu l’opportunité de partir au Pérou pour 3 semaines en partenariat avec l’INBP et Allicorp, une société de vente de matières premières dans le secteur de l’alimentation entre autres. J’avais pour mission de développer une gamme de produits réalisable avec une crème végétale et de réaliser les démonstrations devant les clients.

Peux-tu nous expliquer en quoi consiste ton travail aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je suis formatrice à l’Ecole de Boulangerie et de Pâtisserie de Paris à Bercy (12ème). J’y enseigne la boulangerie et la pâtisserie depuis maintenant 3 ans.

Tu viens de passer 3 jours à l’INBP lors d’un stage avec N. Streiff – MOF. Le stage a-t-il répondu à tes attentes ? Qu’étais-tu venu chercher ?

Le stage a totalement répondu à mes attentes. J’étais venue dans l’optique de faire de la viennoiserie garnie et des pains aromatiques. J’ai beaucoup apprécié le contenu du stage réalisable en boutique. La possibilité de décliner la gamme suivant les saisons sans avoir une masse de travail supplémentaire.

cfa-bpf-inbp-aurelia-pfeiffer-2

Tu reviens prochainement à l’Institut pour compléter ta formation. Le choix de l’INBP était-il « évident » ?

Je souhaite effectivement revenir à l’INBP en janvier prochain pour suivre la formation en 6 mois BP/BM boulanger. Ce fut effectivement pour moi une évidence. Rouen est à 1 h de train de Paris ; ce qui n’est pas négligeable pour une parisienne comme moi. La formation y est complète et compressée sur 6 mois. L’enseignement, les locaux, le matériel y sont de qualité. Pour mon expérience professionnelle il était aussi important de quitter l’établissement dans lequel j’enseigne pour acquérir en toute sérénité les compétences pour continuer à évoluer dans le métier.

Que dirais-tu à un jeune qui se lance dans ce métier de boulanger-pâtissier en 2015 ?

De s’enrichir des enseignements de son formateur, que c’est un métier passionnant et enrichissant qui vole dans le temps, qui offre beaucoup d’opportunité par la suite dans le monde du travail mais qu’il ne faut pas avoir peur de mettre la main à la pâte par ce que ça n’est pas de tout repos !

Merci Aurélia ! A bientôt donc 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

66 − 61 =